Dernières nouvelles

Échouage d’une quarantaine de baleines-pilotes (globicéphales)

En nouvelle-Zélande, début janvier, 39 baleines-pilotes se sont échouées dans le sud du pays, vers la plage de Golden Bay. Aperçues peu avant leur arrivée, les rangers néo-zélandais n’ont toutefois pas pu les empêcher de s’échouer. Douze de ces baleines sont mortes naturellement, les autres ont été abattues faute de pouvoir être remises à l’eau.

Échouage d'une quarantaine de baleines-pilotes (globicéphales) 307_409

Mort d’une quarantaine de globicéphales


Ce n’est pas le premier : en janvier 2012, près d’une centaine de baleines-pilotes se sont échouées sur une plage de Farewell Spit dans le sud de la Nouvelle-Zélande. Malheureusement, seulement 17 individus ont pu profiter de la marée, tous les autres sont morts. En novembre 2013, huit cétacés d’une espèce très rare, des baleines à bec de Longman, s’étaient échoués sur une plage de Nouvelle-Calédonie. Quatre sont morts. Le 3 décembre 2013, 51 baleines-pilotes se sont échouées dans le parc des Everglades, au sud de la Floride (Etats-Unis),
Comment expliquer cet échouage ? Malheureusement, aujourd’hui encore les raisons de ces échouages ne sont pas cernées : maladie, parasite, conditions météorologiques, marées extrêmes, ressources alimentaires, prédateurs, pollution… ? Dans tous les cas, les scientifiques évoquent de plus en plus les facteurs humains.
En effet, les bruits sous-marins créés par nos activités ont considérablement augmenté : transport maritime commercial, sonars, exploration sismique réalisée par l’industrie pétrolière et gazière, construction off-shore et activités de loisirs contribuent à créer un environnement qui désoriente de plus en plus les cétacés. Or, les baleines, dauphins, marsouins et certains autres cétacés se fient uniquement aux bruits sous-marins pour leur navigation, leurs communications et pour leur alimentation. L’augmentation de cette pollution sonore peut provoquer des modifications du comportement des cétacés, par exemple l’abandon des zones de mise bas et de nourrissage, et dans certains cas extrêmes l’échouage, voire la mort.
Pour la première fois, un rapport d’enquête mené par des scientifiques indépendants en partenariat avec la Commission Baleinière Internationale a fait le lien entre l’utilisation d’un sonar à haute fréquence et l’échouage de 75 dauphins mi-2008 à Antsohihy (Madagascar). Cela prouve le caractère néfaste du sonar dans l’océan…
baleine_pilote_NZ_012012

Voyage humanitaire en Equateur et aux Galapagos !

Bonjour à tous,
Je suis parti cet été en Equateur et aux Galapagos avec un organisme qui organise des voyages humanitaires pour les jeunes du monde entier (Lifeworks Internationnal)
J’ai fait un petit montage video de ce voyage au contact de populations extraordinaires et d’une flore hors du commun. Je sais que ça n’a pas grand chose à faire avec la protection des baleines mais ce fut une expérience si enrichissante que j’ai voulu la partager avec vous !
Enjoy !
Image de prévisualisation YouTube

Nouveau projet !

Bonjour à tous,
Voilà un petit moment que je n’ai pas fait d’action particulière pour la protection des mammifères marins. Cet été, j’ai donc décidé de reprendre les actions avec de nouveaux projets pour l’année 2013-2014. Seulement, il est de plus en plus difficile pour moi de trouver du temps libre… En discutant avec mes parents, j’ai pris la décision de me lancer dans un projet plutôt original pour un jeune de 16 ans : créer mon entreprise. Cela me permettra d’avoir une expérience dans le monde du travail tout en récoltant de l’argent pour la sauvegarde des baleines !
Seulement, il fallait trouver une bonne idée qui ne me prendrais pas beaucoup de temps, car j’estime que les cours (au lycée) sont une priorité. En discutant, nous avons trouvé quelque chose qui pourrait marcher (en tout cas, je ferai tout pour !). Je ne vous en dis pas plus, car rien n’est fait mais je vous tiens au courant lorsque les choses avances !
A très bientôt !

Voyage en Alaska !

Voyage en Alaska ! dsc_6840
Cette année, je ne suis pas reparti à Madagascar avec CétaMada. J’ai en revanche fait un voyage humanitaire en Equateur pendant 21 jours accompagné de 16 autres jeunes du monde entier. Nous avons réalisé plusieurs actions à travers ce magnifique pays (aux Galapagos, en Amazonie et dans les Andes). Mais mon voyage ne s’est pas arrêté là, je suis ensuite parti avec ma famille en Alaska pendant une semaine pour faire une croisière à bord d’un bateau de National Géographique et j’ai eu la chance de voir des baleines se nourrir au coucher de soleil ! Et c’est vrai qu’elles m’avaient bien manquées ! D’autant plus que de voir ces animaux dans un tout autre contexte qu’à Madagascar, c’est à dire le nourrissage, est une expérience dont je rêvais depuis longtemps ! Les baleines-à-bosse ont une technique de chasse très particulière et développée : elles encerclent leurs proies en lâchant un filet de bulles autour de celles-ci, puis elles remontent à la surface et engouffrent le Krill (petit crustacé) ou les petits poissons qui se sont regroupés ensemble. Voilà quelques photos !
dsc_6298-300x200dsc_6300-300x200dsc_6304-300x200
dsc_6415
dsc_6993
dsc_6146

Nieuport: un bébé baleine découvert sur une plage

Une baleine de Minke, un petit rorqual, a été découverte dimanche matin par des promeneurs, échouée sur une plage de Nieuport, ont confirmé les pompiers de la cité balnéaire. « Il s’agit d’un petit rorqual d’environ 3,5 mètres. L’animal pèse 400 kilos. Le mammifère marin était fort amaigri mais ne présentait pas de blessures », ont indiqué les pompiers. Lundi, le baleineau a été autopsié a Liège au sein de la faculté de Médecine vétérinaire du Sart Tilman.
Le cétacé est arrivé sur les lieux vers 12h30, emmené depuis le littoral sur une remorque. «Depuis une vingtaine d’années, nous nous sommes spécialisés dans ce type d’autopsies. L’ULg est en quelque sorte devenue la référence du pays dans ce domaine», explique Thierry Jauniaux.Nieuport: un bébé baleine découvert sur une plage
Si les scientifiques ont dans un premier temps pensé qu’il s’agissait d’une femelle, le petit rorqual est un jeune mâle. «Vu sa taille, il était même très jeune. Il semble particulièrement maigre», observait Thierry Jauniaux à l’entame de l’autopsie.
Pesant environ 400 kg pour 3,4 mètres de longueur, cet animal est «un rorqual à museau point, que l’on appelle aussi petit rorqual ou baleine de Minke. Il est plus petit que le grand rorqual, l’adulte mesurant 6 à 7 mètres de moyenne. Il ne dépasse jamais 9 mètres».
Les sachets sont probablement la cause de la mort
S’il n’est pas courant chez nous d’en voir s’échouer, «nos voisins néerlandais et français ont déjà eu plusieurs cas. En fait, le petit rorqual est assez courant en mer du Nord», mais aussi dans l’Atlantique Nord, indique Thierry Jauniaux.
L’autopsie de ce lundi s’est déroulée en présence d’étudiants de la faculté de Médecine vétérinaire, pour lesquels cette venue un peu particulière constituait une expérience intéressante.
Environ 400 grammes de sachets en plastique ont été retrouvés dans l’estomac du rorqual durant l’autopsie, «causant une subobstruction vers le tube digestif et expliquant certainement la maigreur anormale de l’animal. Cette obstruction est a priori la cause de la mort de l’animal», observait Thierry Jauniaux en fin d’après-midi.

Vidéo – Documentaire « Cachalot Contre Calmar Géant »

Image de prévisualisation YouTube
voici un documentaire sur le cachalot et le calamar géant. Comment chasse-t-il a plus de 500m de profondeur ? vous aurez la réponse dans cette vidéo !

Un Britannique qui a de la chance !

ambre gris provenant d'un cachalot

Un Britannique qui a trouvé sur une plage un étrange rocher jaunâtre et odorant s’est vu offrir 50.000 euros par un acheteur français pour ce qui semble être du « vomi de cachalot rare », autrement appelé ambre grise, très prisée en parfumerie.

Ken Wilman promenait sa chienne Madge sur une plage de Morecambe, dans le nord-ouest de l’Angleterre, quand celle-ci s’est arrêtée sur une « grosse pierre » grise et jaune à la texture cireuse.
Dans un premier temps, il a continué son chemin mais « quelque chose a fait mouche dans mon esprit », a-t-il confié à la BBC. Ce qui l’a poussé à faire demi-tour pour récupérer ce rocher qu’il pense être de l’ambre grise, une substance solide produite dans les intestins des cachalots.
Les baleines vomissent parfois ces substances qui flottent et sont très prisées en parfumerie. Elles permettent en effet de fixer d’autres parfums et, si leur odeur originelle est désagréable, après plusieurs mois, elles exhalent un parfum musqué.
« Quand je l’ai ramassé et que j’ai senti l’odeur, je l’ai reposé », un peu dégoûté, a déclaré le Britannique. « Ça a une odeur musquée mais plus vous la sentez, plus le parfum devient agréable », a-t-il ajouté.
Dans l’attente de tests confirmant qu’il s’agit bien d’ambre grise parfois surnommée « or flottant », il a confié s’être vu proposer 50.000 euros par un acheteur français.
« Ça coûte très cher du fait de ses propriétés singulières », a déclaré sur la BBC Andrew Kitchener, le conservateur des animaux vertébrés au National Museum d’Écosse. « C’est une base très importante pour les parfums et il est très difficile de lui trouver un substitut artificiel », a-t-il ajouté.
L’ambre grise est ainsi évoquée par Herman Melville dans son roman « Moby Dick »: « Qui pourrait penser que des femmes et des hommes si raffinés puissent s’enthousiasmer pour une essence que l’on trouve dans les entrailles d’une baleine malade ! Pourtant, c’est le cas ».

échouage d’une baleine en bretagne

Vendredi 25 janvier, alors que les premiers concurrents de la course du vendée Globe devait arriver dimanche matin, une baleine a été retrouvée échouée dans le village accueillant l’arrivée : sables-d’Olonne. Comme le montre la photo, ils ont procédé à un examen poussé du cétacé. Des investigations qui ont contraint les scientifiques à ouvrir l’animal afin de réaliser, comme on le fait pour les autopsies, plusieurs prélèvements. Il s’agissait d’une femelle rorqual commun adulte de 19,50 mètres, sans doute morte depuis une semaine », a indiqué Ghislain Doremus, ingénieur biologiste du centre de recherche des mammifères marins de La Rochelle.
« Elle était assez maigre et l’examen que nous avons réalisé a montré des hémorragies interne dans les reins et le foie : vraisemblablement elle avait de sérieux problèmes pathologiques, ce qui plaide plutôt pour une mort d’origine naturelle », a-t-il ajouté, précisant que des baleines de cette taille s’échouent une à deux fois par an sur le littoral Atlantique.

échouage d'une baleine en bretagne le-public-qui-attend-l-arrivee-du-vainqueur-du-vendee-gl_002

Pour être évacué, l’animal a dû être découpé en une dizaine de morceaux, après avoir été repoussé près du bord de la plage pour ne pas repartir avec la marée montante.

Les différents comportement de la baleine-à-bosse.

Bonjour à tous !
Aujourd’hui je vais vous parler des différents comportements observables chez la baleine à bosse. Tout d’abord, la baleine à bosse est la baleine chez qui ont peut observer le plus de comportement facilement. En effet, lors de la période de reproduction et de mise bas (voir article « le cycle migratoire de la baleine à bosse »), les mâles cherchent a plaire au maximum aux femelles pour pouvoir s’accoupler avec une d’entre elles. Pour cela, il existe différentes possibilités qui tourne autour du bruit (le son se répand 6 fois plus vite dans l’eau que dans l’air) en sautant or de l’eau, en frappant avec la caudale (queue)>,frappe de caudalefrappe de caudale
en frappant avec les pectorales (nageoires),frappes de pectorales
en frappant avec le rostre (tête)frappe de rostre ou en chantant (eh oui les mâles chantent et chacun a un chant particulier !).Les différents comportement de la baleine-à-bosse. singer Mais tous les comportement ne sont pas réalisés que par les mâles ; les sauts par exemples peuvent être réalisés dans le but de se débarrasser des parasites présents sur l’avant du rostre (ils peuvent peser jusqu’à 200 kilos et gênent pour l’aérodynamisme de la baleine); saut
les frappes de caudales ou de pectorales peuvent aussi être réalisé par un immature qui s’amuse. La caudale immobile a deux utilisation : la première, c’est pour l’allaitement d’un baleineau (comme il a moins de respiration que sa mère), la seconde permet de thermo-réguler le corps : la caudale est la zone qui est la plus vascularisée est où il y a le moins de graisse. Si l’individu veut refroidir son corps, il met sa caudale en direction d’un vent frais. Si au contraire il veut réchauffer son corps, il met sa caudale face aux rayons de soleil. Un dernier comportement observable, mais plus rarement, c’est ce que l’on appelle le « spy-hopping ». La baleine sort la tête en-dehors de l’eau pour voir ce qui s’y passe (elle sont curieuses !).spy-hopping
Si vous avez des question, n’hésitez pas !

La vérité sur les parcs aquatiques d’animaux marins.

Bonjour à tous !
Je pense que beaucoup d’entre vous ont déjà entendu parler de parcs aquatiques, ou même que vous y êtes déjà allé. On peut voir des shows de dauphins, d’orques, d’otaries, etc. La plupart des gens pensent que les animaux sont heureux dans ces parcs puisqu’ils sont bien nourris,…Mais l’environnement dans lequel ils progressent n’est absolument pas fait pour eux. En effet, les orques qui mesurent entre 6m et 9m et pèsent entre 6t et 9t (t=tonne) ne peuvent pas vivre dans un bassin qui fait trois fois leur taille (au maximum). Eh oui, la vérité sur les bassins où se reposent les cétacés est cachée du public. En effet, il y a un bassin principal où les orques font leur show (un assez grand bassin pour faire bonne impression), et des bassins derrière le principal, lorsque les cétacés ne font pas les spectacles. Quand on sait combien les cétacés captifs souffrent du manque d’espace, de l’agression de l’eau traitée, du bruit, d’isolement, de solitude, qu’ils sont privés de la possibilité de communiquer naturellement avec leurs pairs, soumis à la pression de l’entraînement et subissent un lavage de cerveau, qu’ils souffrent de toutes sortes de pathologies physiologiques et mentales, développent des comportements anormaux et une agressivité accrue, leur espérance de vie normalement importante se réduit à quelques années et leur reproduction en bassin pose de graves problèmes et constitue globalement un échec. Les dauphins et les orques en liberté ont une moyenne de vie d’environ 50-80 ans. en captivité, leur espérance de vie est de 10 ans ! D’ailleurs, beaucoup de cétacés se suicident en captivité (ex : flipper). Si vous êtes déjà allé dans un de ces parcs, vous avez sans doute remarqué que les ailerons dorsaux des orques sont la plupart du temps courbés, cela est bien due au fait qu’elles (les orque : eh oui c’est féminin !) restent à la surface de l’eau et l’aileron n’est plus « soutenue » par la forte densité de l’eau salée ; les ailerons finissent par se courber sur le côté. Le sujet que je traite ici est délicat car beaucoup de personnes adorent les dauphins et le orques en captivité… mais j’ai souvent vu des dauphins et des orques en liberté et je ne peux plus me permettre d’aller voir ces spectacles qui me font souffrir parce que je sais que les animaux souffrent. . Une dernière chose : les dauphins paraissent heureux car ils « sourient », mais c’est faux : ils ne sourient pas ; c’est leur bouche qui est en forme de sourire… Voici quelques photos des cétacés dans les parcs :La vérité sur les parcs aquatiques d'animaux marins. Kshamenk-in-tiny-tank-a3286.tilikum_2D00_seaworld_2D00_whaleDSC_0024_a_resize3-300x199lonelytillymorgan-orque-octobre-2012

Questions spéciales

Bonjour à tous !
Je tenais à vous informer que si vous avez des questions concernant mon blog ou des questions sur les baleines par exemple, n’hésitez pas à m’envoyer un mail et je serai ravi de prendre contact avec vous :D

Migration de la baleine à bosse.

Bonjour !
Aujourd’hui, je vais vous parler du cycle migratoire de la baleine à bosse. Tout d’abord, la baleine à bosse est la baleine qui migre le plus à travers les océans du monde. En effet, elles peuvent parcourir plus de 25000 km chaque année ! Il y a différents groupes de baleines à travers le monde, moi je m’intéresse à celui présent dans le canal de Sainte-Marie à Madagascar (voir présentation). Les baleines de ce groupe restent 3 mois en Antarctique où elles se nourrissent tous les jours de plancton (krill) et de petits poissons (harengs par exemple) ; jusqu’à 1,5 tonne par jour ! Ensuite, elles parcourent 5000 km (en 3 mois) pour aller dans le canal de Sainte-Marie, où les eaux sont chaudes, et où elles resteront 3 mois avant de repartir en Antarctique. Dans les eaux du canal de Sainte-Marie, les baleines ne se nourrissent pas : les eaux sont trop chaudes pour le plancton ; elles s’y accouplent et s’y reproduisent. En effet, la gestation de la baleine à bosse est de 11 mois : le temps de repartir en Antarctique et de revenir mettre bas dans le canal, car, en Antarctique, les eaux seraient trop froides pour le baleineau. Je crois que vous savez un peu près tout sur le fonctionnement de la migration de la baleine à bosse, plus particulièrement, celles du canal de Sainte-Marie. Si vous avez une question, n’hésitez pas à m’envoyer un message :D

Observation d’une baleine grise et d’orques

Bonjour à tous,
Cet été, j’ai eu la formidable opportunité d’observer pour la première une baleine grise dans les eaux des côtes canadiennes. Jusqu’à présent, je n’avais pu observer que des baleines à bosse.
J’ai ensuite vu des orques.
voici quelques photos :

baleine grisebaleine griseorque faisant un "spy-hopping"une orquedes orquesbaleine grise

chasse aux requins

Bonjour à tous,
Normalement, je m’occupe seulement des baleines. Mais il y a moins d’une semaine, j’ai fait un exposé en Anglais sur la chasse aux requins. La plupart des gens ne savent pas que le requin est chassé et quelles en seront les conséquences si la chasse continue. Je vais donc tenter de vous informer au maximum. Tout d’abord, le requin est un poisson (le plus grand de tous) et est carnivore (il se nourrit de petit poissons, de crustacés, etc.). Il est chassé principalement en Asie, où ils mangent les ailerons en faisant par exemple une soupe (fins soup en anglais).Plus de 100 millions de requins sont chassés chaque année à travers le monde, dont 40 millions seulement pour leurs ailerons. Vous avez surement dejà entendu parler de la chasse pour les ailerons. La manière dont les chasseurs tuent les animaux est encore plus terrifiante : ils pêchent le requin, lui coupent ses ailerons, puis le remette à l’eau encore vivant. leur mort est plus qu’horrible (voir film dessous). Cette chasse a des conséquences dramatiques que les chasseurs ne voient pas ou ne veulent pas voir. Malheureusement, le requin est un maillon très important de la chaîne alimentaire marine… s’il vient à disparaître, tout l’océan serai touché. Beaucoup de monde le considère comme un animal méchant. Mais l’océan est le territoire du requin. Laissons-le en paix chez lui, comme il le fait chez nous.
Image de prévisualisation YouTube

Projet fête de la science Lyon 2012

Bonjour à tous, aujourd’hui j’ai pris contact avec la directrice régionale de Rhône-Alpes pour la fête de la musique qui a lieu chaque année en France. Si j’ai pris contact avec cette personne, c’est pour faire des conférence durant toutes la semaine de la fête de la science dans les différentes universités de Lyon. J’ai donc envoyé un projet pour faire des conférences sur les mammifères marins et plus particulièrement sur les baleines (rèf. présentation). Cette fête aura lieu du 10 au 14 octobre 2012. Je vous déterminerai bientôt l’emplacement précis.

Conférence collège

Bonjour à tous, dernièrement, j’ai fait une conférence dans mon collège à Lyon. Ce ne fut pas le grand succès mais quelques professeurs et élèves étaient quand même présents (env. 40 pers.). je suis tout de même fier car c’est la première conférence réalisé par un élève de 3ème dans ce collège ! Merci à tous ceux qui étaient présents.

Le nombre d’échouage augmente !

L’échouage est un phénomène qui provoque souvent la mort des mammifères marins par asphyxie ou déshydratation. Une créature aquatique est échouée lorsqu’elle est laissée dans un état d’impuissance le long d’une rive, de la plage ou au bord de la mer ; les mammifères marins s’échouent lorsqu’ils sont emportés vers la rive à cause de la maladie, ou la faiblesse ou ils sont simplement perdus. Le terme «échouage» peut aussi exprimer que les animaux sont déjà morts et sont projetés vers la rive.
Les animaux échoués qui sont déjà morts peuvent être malades ou blessées suite aux morsures des prédateurs ou causées par des activités humaines. La mortalité des mammifères est parfois liée aux déséquilibres de l’environnement marins qui entraînent une maladie, la blessure ou parfois causées par les activités anthropiques (collision avec un vaisseau ou des captures accidentelles avec des filets). Par conséquent, ces dernières entrainent parfois la mort des a

objectif scientifique de Cétamada

Le but principal est d’évaluer la population reproductive du sub-stock C3 (Madagascar) dans le Canal de Sainte-Marie, et d’étendre, si possible, la méthode à d’autres zones de Madagascar. Nous avons conçu une combinaison stratégique d’observation terrestre et marine et de survols aériens. L’association effectue des observations en bateau depuis 2 ans à Ste Marie et depuis 1 an à Toliara –Salary Bay et Ifaty-) mais aussi des observations aériennes et des observations terrestres, principalement toutes faites à Ste Marie.
Une continuité dans la méthodologie sera proposée pour identifier de possibles tendances dans la migration de la population des baleines. Grâce à l’utilisation de ces méthodes, Cétamada garantit une expertise et tout l’équipement nécessaire (incluant des observations aériennes, bateaux, des pilotes formés, des skippers et des observateurs).
Des informations basiques comme le temps (beaufort), la phase de la lune et l’état de la mer sont enregistrées pendant chaque sortie quotidienne à bord du bateau. Au début de chaque observation le point GPS, la météo et le nombre de baleines observées ainsi que leurs comportements seront notés. Les observations sur le bateau permettent de faire des photos ID (identification) ainsi qu’une estimation du g (0), coéfficient de correction des survols aériens. Ce coefficient représente l’interval de temps entre une phase d’immersion et une phase où le groupe de baleine reste à la surface. Pour les survols aériens, chaque angle d’observation sera calculé, et pour les observations terrestres une estimation de la distance par rapport à la côte sera évaluée. Une fois dans le bureau de travail de Cétamada, toutes les informations seront stockées dans la base de données Excel de Cétamada et les photographies seront marquées selon leur correspondance à l’individu et la partie du corps identifiée, la dorsale droite ou gauche et la caudale.
Les données scientifiques recueillies lors des safaris baleine sont les points GPS de l’endroit ou elles ont été observées, la composition du groupe, et son comportement. Ces données permettent de surveiller la population qui vient à Ste Marie chaque année et l’évolution de la composition d’un groupe et de son comportement de mois en mois.

Les observations en bateau dépendent aussi fortement de la météo, et seront donc influencées par le temps qu’il fait. Ces facteurs environnementaux sont pris en compte lors de l’établissement des résultats finaux.Néanmoins le plus grand avantage de l’observation en bateau est la récolte d’informations supplémentaires sur les individus comme l’identification photographique individuelle, l’échantillonnage de squame (peau) pour des analyses génétiques et l’enregistrement acoustique. L’identification individuelle dont fait partie la méthode de ré-identification de marques, peut être utilisée pour évaluer l’abondance des populations et les patrons de mouvements des individus (Katona et Whitehead, 1981). Les photographies sont rangées dans un catalogue puis identifiées et comparées les unes aux autres. Les conditions optimales pour des observations en mer incluent :
La vitesse du bateau devrait être telle que les individus ne puissent pas être manqués et pour qu’une zone suffisamment grande soit parcourue.
Les distances devraient être standardisées et l’observation devrait s’effectuer avec des jumelles
Composer un plan d’observation pour une période d’au moins 3 mois (juillet, août, septembre)
Une mer d’état < 3 sur l’échelle de Beaufort
Au moins deux observateurs et un skipper, un GPS pour la navigation et l’enregistrement de données
Chaque rencontre devrait durer le temps nécessaire pour déterminer la composition et le comportement du groupe, pour obtenir des photographies pour l’identification et des échantillons pour les biopsies qui seront récupérées au terme de l’observation.
L’équipement minimal exigé est : un GPS, un ordinateur portable, des jumelles, des tableaux angulaires et, si des informations supplémentaires sont exigées, un appareil photo avec un objectif 300 mm, une arbalète pour des échantillons génétiques et un hydrophone pour le contrôle acoustique.
Basées sur ces recommandations, nous proposons des sorties scientifiques en bateau d’une durée de 10 à 15 heures, et ce pendant les deux premiers mois (juin et juillet), pour ensuite augmenter le temps d’observation jusqu’à 25 à 30 heures par mois pendant le mois d’août et de septembre où le temps s’améliore (100 – 120 heures par saison). 3 ou 4 observateurs ayant suivi une formation seront sur le bateau afin de noter les données. Les observations basées sur le bateau seront créées sur chaque site : Ste Marie, Ifaty, Nosy Be, Maronansetra, Fort Dauphin et Salary Bay.

objectif scientifique de Cétamada dsc_0132
dsc_0094

Conférence dans mon collège

Bonjour, Je travaille, depuis le début de l’année avec ma professeur de SVT pour organiser une conférence sur le mammifères marins dans mon collège (Sainte Marie Lyon, Lyon) et ce projet est finalement arrivé. je ferais donc une conférence dans mon collège à Lyon (Les Maristes) le 24 avril 2012 à 20h 30 au théâtre du collège. La conférence durera environ une heure et sera suivie d’ un apéro. Merci à tous et venez nombreux !fichier pdf affiche_baleines-2012 (1)

Je suis passé dans le journal !

Lors de ma conférence à la Tour de Salvagny (rèf article « conférence à la Tour de Salvagny), un journaliste était présent. Il a ensuite écrit un article qu’il a transmit au progrès. Je suis paru dans le journal de mardi 6 mars. Regardez !Je suis passé dans le journal ! conf-la-Tour-258x300

Conférence à la tour de Salvagny, une vraie réussite !

Bonjour,
Hier, dimanche 4 mars 2012, j’ai fait une conférence à la Tour de Salvagny (commune près de Lyon) et beaucoup de gens étaient présents ! En effet, environ 120 personnes sont venues y assister. De plus, c’était la première fois que je la faisais dans une salle aussi grande ; une vraie salle de cinéma avec écran géant ! Je conclus donc que ce fut pour moi une vraie réussite malgré de petits problèmes : problème de micro, panne d’ordinateur… Mais les gens ne sont pas partis, c’est l’essentiel ! mais ce n’est pas tout : j’ai également récolté 130 euros de dons pour mon projet crittercam (rèf page « projet crittercam ») ! Merci aux donneurs ! Vous pouvez suivre l’avancée du projet « crittercam » dans la page « le projet crittercam ». Regardez quelques photos…

Le projet crittercam avance !

Depuis maintenant plus d’un an, CétaMada a un projet de recherches scientifiques : le projet Crittercam. La Crittercam est une caméra très évoluée, qui s’accroche sur le dos de la baleine grâce à une ventouse et qui se décroche automatiquement après un certain temps. Cette caméra relève toutes sortes de données (profondeur, visibilité , etc.) mais surtout filme en temps réel ce que voit la baleine. L’année dernière nous avons commencé notre projet mais nous nous étions pris trop tard. En effet, cette caméra est louée par National Géographic (rèf album « crittercam ») et il y en a peu dans le monde. Mais cette année, CétaMada s’y est pris à temps. Nous espérons pouvoir avoir la caméra un mois cette année ! Pour cela, j’ai récolté des dons grâce à ma nouvelle boîte à dons ! Vous pouvez également en faire en me contactant (rèf page « faire des dons »). Merciboîte à dons

Juste magnifique..

Bonjour,
Cet été, 1 jour avant mon retour pour la France, nous avons eu l’incroyable occasion d’observer une baleine franche australe juste devant la côte ! C’était la première vois que je voyais une baleine franche et surtout à Sainte-Marie !!! En effet très peu d’entre elles migrent jusqu’à Madagascar. Nous avons donc pris des photos. Regardez

!

CetaMada surveille et protège les baleines de Madagascar (interview sur RF1)

A Madagascar, on peut observer de nombreuses merveilles animales, et les plus grosses sont évidemment les baleines à bosses, qui sont surtout visibles en août/septembre, principalement au large de la petite île de Sainte-Marie, à l’est. Il y a trois ans s’est ainsi créée l’association Cétamada qui, depuis, se montre très active dans la surveillance des baleines à bosses et la sensibilisation à leur protection. A partir du mois de novembre, les baleines entament la longue migration de Madagascar vers les zones poissonneuses de l’Antarctique.
Baleines a bosses, Madagascar, Sainte MarieTrente-deux espèces de mammifères marins frayent autour de Madagascar, et le Canal de Sainte-Marie, profond d’une cinquantaine de mètres, est un endroit idéal pour la baleine à bosse, qui n’y croise aucun prédateur.

Echouage d’une baleine à bosse, à Sainte Marie

Echouage d’une baleine à bosse, à Sainte Marie

Mardi 6 Septembre 2011, à 14h, une baleine à bosse s’est échouée sur la plage d’Androngatsara, côte Nord Est de Sainte Marie.

Lieu d’échouge

D’après les informations recueillies sur place, cette baleine a été poussée jusqu’à la plage par les membres de son groupe, au nombre de quatre. Par la suite, ces derniers seraient repartis.

Les nouvelles se sont vite éparpillées : les gens se sont jetés sur la viande fraiche. En effet, la baleine était encore vivante lorsque les villageois ont commencé à la découper.

Ce n’est seulement qu’une dizaine d’heure après l’échouage (Mercredi 7 Septembre, à 6h du matin) que CétaMada a reçu l’information. Une équipe composée de Marialejandra Faria, la biologiste de l’association ; Sophia RAKOTOHARIMALALA, une écovolontaire, Julot, l’animateur environnemental ; et quelques chercheurs de l’Institut Pasteur, est venue sur place pour faire une inspection, et quelques prélèvements. Malheureusement, une fois sur place, 70% de l’animal a été déjà découpée. Les brochettes de viande de baleine n’ont pas tardé à faire leur apparition au bord de la plage, ainsi que l’huile de baleine. Il est à noter que le litre de cette huile coute environ 60 000 Ariary.

Pour faire face à de telle situation, CétaMada est en train de mettre en place un réseau national d’échouage afin de répondre rapidement à un événement d’échouage dans une zone donnée

La chasse des dauphins : un massacre horrible !

Ce week-end, j ai regardé « the cove » qui est une sorte de reportage sur la chasse aux dauphins au Japon. C’est un massacre horrible… Environ 100 dauphins sont tués chaque jour ! Mais bien entendu, personne n’est au courant de ce massacre puisqu’il se fait dans une crique cachée, interdite au public. Cette vidéo est donc en caméras cachées qui avaient été installées la nuit. Je vous invite à voir ce film, c’est très choquant mais intéressant.Image de prévisualisation YouTube

Exposé chasse à la baleine

Aujourd’hui 8 février 2012, j’ai fait un exposé en Sciences de la vie et de la Terre sur les baleines en danger et plus particulièrement sur la chasse à la baleine. Nous étions 3 et nous l’avons fait sous forme de diaporama d’environ 30 min. Nous avons ensuite passé un petit film sur la chasse a la baleine très intéressant que vous pouvez voir juste en-dessous. J’espère avoir sensibilisé les jeunes de ma classe de troisième. Je suis plutôt content, ça s’est bien passé.Image de prévisualisation YouTube

La chasse à la baleine

Les baleines sont en grand danger dans le monde (je parle des baleines car c’est mon domaine mais cela concerne tout l’océan) à cause de la chasse qui malheureusement n’est toujours pas finie… La baleine à bosse n’est pas en danger d’extinction (environ 25000 individus dans le monde) contrairement à la baleine bleue (2000 individus) et la baleine franche boréal (300 individus). En réalité, les pays chasseurs de baleines (Japon, Islande, Norvège) ont un quota de baleines autorisées à être chassées chaque année par la « Commission baleinière internationale » proclamée en 1986. Malheureusement c’est quotas ne sont pas respectés… Mais alors pourquoi le Japon, la Norvège et l’islande continuent à chasser alors qu’ils ont des hangards entiers de viande de baleines ? soit disant pour des raisons scientifiques… : la JARPA : programme de recherche scientifique japonais. Pour donner des ordres de grandeur, la moyenne annuelle d’animaux capturés, faible avant 1880, s’élève à 1 500 dès les années 1890, à 10 000 après 1910 et jusqu’à 50 000 dans les années 1930. En 2010, les pays ont voté pour reprendre ou non la chasse intensive (comme avant 1986) : 42 pays ont voté pour et 44 pays ont voté contre. Mais pourquoi tant de pays ont voté pour ? Et bien car le Japon va voir les pays sous-développés pour leur construire des écoles, etc, en échange de leur vote. Si les baleines disparaissent, c’est un maillon essentiel de la vie marine qui disparaît, car il est en contact direct avec la plancton, base de la chaîne alimentaire marine.

 

Mon été 2011 à Madagascar

Cet été (comme tous les étés), je suis parti à Madagascar pendant 3 semaines en tant qu’éco-volontaire pour l’association Cétamada (association de protection et d’étude des mammifères marins autour de Madagascar). Le but : sensibiliser un maximum de personnes à la protection des mammifères marins (les touristes présents sur l’île ainsi que les malgaches de l’île) en organisant des conférences en anglais et en français et en organisant des sorties en mer afin d’observer les baleines à bosses présentes dans le canal de Sainte-Marie (whales watching). Afin de mieux comprendre, voir dans « Album »

Le marché de noël des 4-5 décembre

Pour la deuxième année consécutive, moi (Arthur Gosset) et avec l’aide d’un ami (Stanislas Hubert) et de mes Parents, faisons un marché de noël à la Tour de Salvagny, juste a côté de Lyon. Le marché dure 2 jours : le 4 et le 5 décembre 2011.

Notre but est de récolter un maximum d’argent pour fournir du materiel plus évolué à l’association CétaMada (dont je fais partie) et donc pouvoir améliorer nos recherches sur les baleines à Madagascar (voir « CétaMada » dans « page »). L’année dernière nous avons pu réaliser un chiffre d’affaire de 1800 euros (je remercie tous les clients !). Nous vendons toutes sortes de choses comme du thé réalisé par Alain Alexanian (chef étoilé lyonnais), des petites baleines en bois, etc… VENEZ NOUS VOIR POUR LES BALEINES !!!

Projet de crittercam

Durant cette année, j’ai récolté beaucoup d’argent pour CétaMada afin de pouvoir améliorer nos recherches sur les baleines. Ce projet consistait à réunir un maximum d’argent afin de pouvoir louer une « Crittercam » (camera très évoluée, équipée de toutes sortes de capteurs, que l’on fixe sur le dos de la baleine à l’aide d’une ventouse). Cette caméra est mise en location par National Géographic. J’ai donc fait plusieurs actions : un marché de noël (2000 euros de chiffre d’affaire), une conférence (300 euros de dons) et un autre marché (200 euros). J’ai ensuite contacté National Géographic aux Etats-Unis (en mai pour louer la caméra durant l’été) et l’on m’a dit qu’ils selectionneraient un dossier…. Mais nous n’avons malheuresement pas été sélectionnés… Cet argent a donc été utilisé par CétaMada pour acheter des balises plus simples. Je recommence cette année le même projet mais je m’y prendrai plus tôt (avant décembre). Je refais donc le marché de nöel les 4 et 5 décembre : passez nous voir !!! et j’organiserai également des conférences autour de Lyon : venez que je vous sensibilise !!!

Y'en a MARRE !!!!!!!! |
Manger!...Manger! |
sauver mon exploitation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Par Ici
| l'optimiste
| gueulard